La nuit noire de l’âme

« Et maintenant voici mon secret, un secret très simple : il n’y a qu’avec le cœur qu’on peut voir correctement ; ce qui est essentiel est invisible pour les yeux. » -Antoine de Saint-Exupéry

De tous les actes inachevés, de tous les gestes que nous n’avons pas menés jusqu’au bout, de tout cet à-peu-près dont nous tissons nos jours et nos nuits, de toutes les rencontres avortées avec soi-même et les autres...la nuit retient son souffle, tourbillon des mots croisés, vertige…cette nuit noire de l’âme est-elle ce réveil de la richesse de mon âme ? Est-ce lever la charnière qui m’empêchait de laisser la lumière circuler dans ce trou de serrure ? Est-ce ce que les moines Zen appellent le bol vide ?

Moments de catharsis, Tenir mes pensées à la main pour lisser, pour approfondir et creuser plus profondément et un jour refaire surface. Il y a beaucoup de choses que je ne comprends pas encore complètement. Mais ça va. Ce qui compte plus que d’avoir raison, c’est de se reposer dans une volonté d’apprendre. De Maintenir l’humilité à côté d’un esprit ouvert dans un déploiement continu. Pour comprendre la vérité dans l’impermanence. Plus j’apprends, moins j’en sais.
Dans les derniers mois, j’ai traîné mon corps à travers le feu, je me suis tenue sous les marées changeantes où les courants les plus profonds tirent et j’ai regardé le bleu droit dans les yeux, pour ressentir l’immensité de la vie. Tremblante encore mais vivante. Je pense que c’est le secret de la vie – Il suffit de marcher directement dans le feu et de tout regarder dans les yeux.
J’ai trouvé des lieux de repos à l’intérieur de moi-même, où je peux m’asseoir et m’attendre. Je crains tout et rien, à la fois. Même quand je me détache, je m’en soucie. Vous pouvez être séparé d’une chose et toujours vous en soucier.
Chaque mouvement de la vie a pour but de me rapprocher de l’amour avec un certain type d’épaisseur, de comprendre même lorsque je ne peux pas, et de garder la grâce au milieu du chaos. Rien n’est aussi fort que la douceur, rien n’est aussi doux que la vraie force.
Voici une autre année de plus – Aime toi plus. Aimez un peu plus et gardez votre cœur si grand ouvert que ça fait mal. L’essentiel est d’être ému, d’aimer, d’espérer, de trembler, de vivre. En chair et en âme.

ll est parfois nécessaire de creuser plus profondément dans les eaux sombres de soi, d’aller sous terre, de poser l’oreille sur son coeur et d’écouter….Le caractère chinois pour écouter utilise deux symboles : l’oreille & le cœur. Écouter, c’est bien plus qu’entendre. Écoutez le corps, écouter les pleurs, écouter les rires, écouter les mots, écouter l’autre, écoutez ce qui m’entoure, écouter cette intuition si collée à ma peau, écouter est en quelque sorte s’incarner. Et s’incarner c’est se souvenir de notre intégrité, c’est Entendre avec l’oreille et le coeur.

Douceur, Ayung

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s