COVID-19, étude de deux chercheurs de l’Université de Sichuan qui remettent en cause toutes nos croyances

image.png

Les Pr Wenzhong Liu et Hualan Li, deux chercheurs de l’Université de Sichuan en Chine ont en effet mis en évidence le fait que le Coronavirus ne serait pas un virus qui s’attaque au système respiratoire comme on le pensait jusqu’à présent, mais au système sanguin.

Les poumons des patients atteint du virus fonctionneraient normalement et c’est en fait la capacité des globules rouges à transporter l’oxygène qui serait affectée en bloquant le métabolisme de l’Heme qui capte l’oxygène.

Les effets sur les poumons qui sont identifiés sur les scanners seraient le résultat d’une réaction inflammatoire qui donnerait ces aspects sur les images. Cette théorie expliquerait aussi l’efficacité de la Chloroquine contre le virus.

« En mars, des médecins en Allemagne ont signalé que le COVID ne conduisait pas à un SDRA typique, que l’intubation entraînait des lésions pulmonaires supplémentaires et que, dans l’ensemble, le traitement n’avait pas beaucoup de succès. Luciano Gattinoni, MD, et ses collègues de l’Université médicale de Göttingen en Allemagne, se demandent si l’utilisation d’un respirateur fondé sur le protocole pour les patients atteints de COVID ne pourrait pas faire plus de mal que de bien. Ils ont suggéré qu’au lieu d’une pression expiratoire positive élevée, les médecins devraient peut-être utiliser la pression la plus basse possible et une ventilation douce pour minimiser les dommages aux poumons. Le Dr Gattinoni décrit deux variantes de COVID, le phénotype L et le phénotype H, chacune nécessitant des traitements différents.

La plupart des gens en ont pris conscience après avoir regardé une vidéo YouTube réalisée par le Dr Cameron Kyle-Sidell, un médecin de soins intensifs traitant des patients COVID au Maimonides Medical Center à New York (la vidéo est insérée dans l’article). Dans cette vidéo, il dit qu’après avoir traité de nombreux patients avec COVID, il a eu l’impression que le problème ne relevait pas d’une pneumonie typique ou d’un SDRA, mais d’un dysfonctionnement de l’oxygénation du sang. Les patients ont les mêmes symptômes que des personnes arrivant en haute altitude sans avoir eu le temps de s’adapter. Sur le plan clinique, ces symptômes relèvent davantage d’une maladie pulmonaire de décompression ou à un œdème pulmonaire à haute altitude (HAPE) qu’à un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). Lorsqu’il a commencé à traiter des patients COVID à l’USI, Kyle-Sidell et ses collègues pensaient traiter une pneumonie, et ils ont suivi les protocoles en usage.

 

Il pense que la maladie pulmonaire COVID n’est pas une pneumonie et ne doit pas être traitée comme une pneumonie. C’est une maladie virale induite ressemblant au mal de haute altitude. C’est comme si des dizaines de milliers de personnes étaient dans un avion à 30 000 pieds et que la pression de la cabine était lentement relâchée et qu’elles étaient lentement privées d’oxygène. Il dit que ses patients ressemblent à des gens qui sont tombés au sommet de l’Everest sans avoir le temps de s’acclimater à l’altitude. Il dit que si les médecins continuent de traiter les patients comme s’ils souffraient d’une insuffisance respiratoire alors qu’ils souffrent réellement d’une insuffisance en oxygène, cela causera de grands dommages à des milliers de personnes. La méthode utilisée dans les hôpitaux peut endommager les poumons, et l’ARD que les médecins voient dans les hôpitaux du monde entier pourrait en fait être une lésion pulmonaire causée par les respirateurs.

Selon la FDA, le produit autorisé pour cette purification agit en réduisant la quantité de cytokines et d’autres médiateurs inflammatoires, à savoir « de petites protéines actives dans la circulation sanguine qui contrôlent la réponse immunitaire d’une cellule en filtrant le sang et en renvoyant le sang filtré au patient ».

« Les protéines qui sont retirées sont généralement élevées pendant les infections et peuvent être associées à une ‘’tempête de cytokines’’ qui se produit chez certains patients COVID-19, entraînant une inflammation sévère, un choc rapide et progressif, une insuffisance respiratoire, une défaillance organique et la mort »

La découverte surprise, faite par une équipe de chercheurs de Shanghai et de New York, a coïncidé avec l’observation des médecins de première ligne que Covid-19 pourrait attaquer le système immunitaire humain et causer des dommages similaires à ceux trouvés chez les patients du VIH.

Article par Margaretta Colangelo  

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s